Création d’un bijou sur mesure

Création d’un bijou sur mesure

Voici la petite histoire d’une création de bijou sur mesure …

Tout commence avec un client qui souhaite offrir une bague pour des fiançailles, en sachant que c’est une surprise. Son souhait de départ était de me faire réaliser une création unique avec un diamant mais de forme différente du rond pour sortir des standards.

Je l’ai fait parler de sa compagne pour que je comprenne comment elle est, sa morphologie, son style, ses habitudes, les bijoux qu’elle porte déjà, ce qu’elle aime … Cette phase est décisive dans le but de cerner la personne et proposer exactement le bijou qui lui plaira (En 30 ans de créations sur mesure j’ai toujours réussi ces chalenges : Mon premier talent est ma capacité à comprendre les attentes de la personne ou de les faire émerger et de les traduire en bijou).

Nous commençons à parler budget tout en feuilletant sur Ipad mes réalisations passées pour définir les grandes lignes de ce projet. J’ai plusieurs centaines de photos de bijoux réalisés dans différents styles, qui permettent d’affiner les attentes et les souhaits.

Ensuite vient la phase ou l’on doit sélectionner la pierre : Je fais une “mini formation” sur les diamants pour que le client puisse comprendre ce qu’il va choisir. Nous commençons à envisager la forme du diamant en taille Asscher (c’est une taille émeraude carrées) qui est une forme non conventionnelle avec beaucoup de caractère.

 

Je réalise un croquis en tenant compte de tout ce qui a été vu et dit. On arrive à définir le design de la bague que l’on a voulu contemporain, massif, sobre, très prêt du doigt.

En fonction du budget je défini la grosseur de la bague et on sélectionne la pierre.

Notre choix s’arrête sur un diamant de 0,50 carat de forme Asscher qui s’harmonise très bien avec les lignes droites et angulaires du modèle.

Tous mes diamants viennent directement de la bourse de Anvers qui est la première place européenne où se négocie les diamants. Je ne travaille qu’avec des diamantaires ayant signé le traité de Kimberley, qui garanti que leurs diamants sont d’origine “propre” et ne financent pas la guerre, la corruption …

Tous mes diamants sont fournis avec un certificat d’un laboratoire indépendant qui garanti la couleur, la pureté, la qualité de taille … Je ne travaille qu’avec des laboratoires réputés.

 

 

Je réalise dans un second temps un dessin taille réelle de la bague pour définir les proportions exactes.

Le devis définitif est calculé et la commande passée (acompte 1/3).

Entre temps nous avons défini la taille de doigt de sa compagne à partir de l’une de ses bagues. S’il s’avère que la dimension n’est pas bonne, ce n’est pas grave, je ferai une mise à taille après le “cadeau”.

Nous programmons le délai pour la livraison finale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite vient la phase de fabrication.

Pour ce type de modèle, je sculpte la pièce en cire-résine aux dimensions exactes. Je donne la forme complète et ajuste la pierre.

Quand la cire est finie, je la donne à mon artisan fondeur qui va la mouler pour réaliser une “fonte à cire perdue” : La cire est détruite et laisse place à la pièce en métal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avions choisi de faire cette bague en or gris palladié, qui est un alliance d’or 750 (18K) qui est plus gris que l’or blanc “classique” mais plus sensible aux rayures.

Pour les bijoux en or, je ne travaille que l’or 750 (18K) qui existe en différentes couleurs (blanc, gris palladié, jaune, rose ou rouge), qui est l’alliage utilisé de puis toujours pour les bijoux de qualité.

Je récupère la fonte “brute” qui a un aspect mat et légèrement granuleux.

 

 

 

 

 

La fonte va être “nettoyée” pour donner naissance au modèle final.

Ensuite vient la phase de sertissage. C’est une étape délicate car non seulement il faut faire tenir la pierre parfaitement, mais il faut respecter la forme de la bague, tout en magnifiant le diamant.

Comme je cherche toujours l’excellence, j’ai fait le choix de faire réaliser cette étape par un artisan sertisseur Lyonnais (Philippe) qui a une très grande expérience en joaillerie et a travaillé pour les plus grands de la place Vendôme.

 

 

 

 

 

 

 

Je récupère la bague sertie. Je vérifie le sertissage, retouche les derniers détails, puis vient la phase de la finition avec le polissage pour la faire briller.

Le solitaire est donc terminé et le client n’a plus qu’à le récupérer après le règlement final (solde 2/3)

Sur la facture tout est noté : Poids du bijou, type de métal, détails de la pierre …

 

A quand un projet pour vous ? …

 

 

 

 

 

 

No Comments

Post a Comment
error: Le contenu est protégé.